Le jeu des chaises “musicales” de l’été…

By | 14 septembre 2015

Eric de Chassey n’est plus à la tête de la Villa Médicis. A sa place, une femme, la première nommée directrice de la Villa : Murielle Mayette qui auparavant s’était illustrée à la Comédie française… pour avoir été contestée par la majorité de la troupe de Molière. Au moins  a-t-elle l’expérience du théâtre et ça tombe bien : la Villa Médicis accueille, pour deux ans, vingt-cinq pensionnaires, dans une dizaine de disciplines, qui vont de la musique à la cuisine, mais justement il n’y a pas de théâtre. Voyez si on est logique au ministère.
Depuis qu’il n’y a plus de concours pour entrer à la villa, mais une cooptation pure, tous les délices du copinage sont permis. Cette réputation tenace de la Villa, Eric de Chassey s’était donné mission de la combattre d’où ses propos parus dans la revue l’Oeil (de mai 2014 p.59) « L’idée que la villa serait un endroit dispendieux qui serait juste une sinécure pour les amis du président de la République avec des pensionnaires qui seraient des amis d’amis, si elle était vraie serait insupportable. Je comprends que recevoir des pensionnaires qui n’ont pas l’obligation de produire pendant leur séjour, ne soit pas dans l’air du temps » sic. Génial, la villa Médicis : on ne vous demande rien à l’entrée, rien à la sortie; il serait plus juste de rebaptiser ces séjours « Vacances Médicis », (payées par la République, le prestige en plus)…Mais Eric de Chassey terminait par « en revanche les réformes devraient conduire à ce que le travail se fasse ». Ce qui n’a peut-être pas plu à certains pensionnaires qui sont peut-être, finalement, des amis d’amis. Car Mme Mayette est soupçonnée d’affinités politiques avec un certain Manuel Valls. D’où un tollé : il faut sauver le soldat Eric de Chassey. Plusieurs dizaines d’artistes, des universitaires, ont signé une lettre ouverte pour demander son maintien. Selon eux, M. de Chassey aurait fait entrer l’institution dans le XXIe siècle ; ils n’ont pas été entendus..

Autre coup de théâtre, en juillet, le limogeage surprise de Nicolas Bourriaud qui était à la tête de l’Ecole des Beaux-Arts (Ensba) de Paris depuis 2011. Ce cofondateur du Palais de Tokyo en 2000, est aussi le penseur de « l’esthétique relationnelle » : quand Tirananija monte une baraque à moules dans un musée c’est de l’esthétique relationnelle, parfaite pour obtenir des subventions car, qui dit relation, dit lien social, donc art-citoyen, donc subvention…Nicolas Bourriaud avait incommodé des professeurs et des étudiants en mettant l’établissement public au service d’intérêts privés (au profit de la marque Ralph Lauren notamment ). Ceux-ci lui reprocheraient aussi de communiquer difficilement, cerise sur le gâteau, pour le chantre de l’esthétique relationnelle ! En juillet, on murmurait que pourrait le remplacer… Eric de Chassey (encore juché sur le siège éjectable de la villa Médicis). Se déclenche une pétition, encore une, pointant  le  népotisme et le « fait du prince » car l’épouse d’Eric de Chassey serait proche de Julie Gayet, la « confidente » de François Hollande. On attribue à N. Bourriaud le protectorat (désormais inutile) de Montebourg, (d’où le  précédent repêchage de Nicolas par Aurélie Filippetti, ex-ministre de la culture et  confidente du bel Arnaud). Cela doit être faux, car Nicolas Bourriaud n’aurait pas le front de parler de « République bananière » dans un entretien, non ?

Fleur Pèlerin, pour calmer le jeu, a nommé un professeur des Beaux-Arts, l’artiste Bustamante, célèbre pour avoir présenté un camion  dans une chapelle et tenu des propos que lui-même a reconnu « limites » : « La femme, dès qu’elle a trouvé son territoire, elle y reste… Les hommes sont toujours dans la recherche de territoires vierges etc ». Bref, la femme est plan-plan et l’homme seul est un conquérant novateur  (le palmarès des stars de l’AC illustre cette affirmation : l’AC minimise le rôle des femmes, tout en se targuant d’être le miroir du monde). Depuis Mr Bustamante est fâché avec une partie de la critique au point qu’Elisabeth Lebovici a annoncé sa promotion d’un avis de décès : « Les féministes ont la douleur de vous faire part de la nomination de Jean-Marc Bustamante à l’Ecole des beaux-arts..”. Bustamante est à deux ans de la retraite : un choix pour patienter ?

Stéphane Corréard fut un temps candidat à la direction  des Beaux-Arts car ce commissaire artistique  du Salon de Montrouge vient d’être remercié par  les édiles. Ce Salon est spécialisé dans la détection des jeunes loups d’un art contemporain plutôt transgresseur et promis à une carrière internationale rentable. Mr Barak est nommé … le communiqué de presse est dithyrambique : « le Salon entame un profond renouvellement en faisant appel à l’analyse esthétique rigoureuse d’Ami Barak. Ancien directeur du Frac Languedoc-Roussillon… (où il avait été remercié, car il était très dynamique mais moins rigoureux semble-t-il sur les dépenses, ce que le communiqué ne dit pas). Le Salon de Montrouge veut favoriser son rayonnement à l’échelle nationale et internationale»… Le mot clé est lâché : Mr Corréard n’était pas assez international, or l’art contemporain dans sa version officielle et financière, c’est l’art de la mondialisation. Difficile de faire carrière dans l’AC, on trouve toujours un plus pur qui vous épure : plus transgresseur, plus copinard, plus mondialiste, plus, plus, plus… A suivre

Christine Sourgins