Une exposition aux Bernardins

By | 10 août 2014

” A propos de l’exposition « La pesanteur et la grâce »”

 Avec « La pesanteur et la grâce », leur nouvelle exposition (23 avril – 12 septembre 2010) organisée par Eric de Chassey, les Bernardins, font le « choix très concret de l’art abstrait », mais pas n’importe quel abstrait : il s’agirait non d‘une « abstraction spiritualiste  mais spiritualisante ». Pour comprendre ce que recouvre cette distinction, regardons les œuvres exposées, ainsi que le dossier de presse.

« Moins c‘est mieux » ou l’art constipé

   L’exposition joue l’économie de moyens jusqu’à vanter une « fabrication qui n’implique pas de savoir faire mais une espèce de dépossession, de déprise de la maîtrise, d’abandon ». Autrement dit : moins c’est mieux. D’où la déclaration du plasticien Van der Meulen (un des cinq exposants) : « j’essaie de ne pas peindre, tout en peignant », se limitant au «minimum reconnaissable ». Ses toiles, à la géométrie sommaire, aux couleurs neutres, présentent juste quelques irrégularités de surface, « preuve que ces œuvres ne sont pas le fruit d’une action mécanique “…

 Pour lire la suite : article paru dans Liberté Politique N°50, septembre 2010, p.85 à 93. Pour se procurer celle-ci cliquez : Liberté Politique