Sur l’incendie de Notre-Dame….

By | 30 juin 2019

Récapitulation des articles :

18 avril : Incendie de Notre-Dame : et si le pire était à venir ? cliquer

24 avril : “Notre-Dame n’est pas perdue pour tout le monde” publié sur le site de Causeur : cliquez

20 mai : L’art de profiter des sinistres

Les  « profiteurs de sinistres » voudraient aussi accrocher Notre-Dame à leur tableau de chasse. Marianne a révélé que, dès 2016, un rapport du CNRS avait alerté le gouvernement sur l’état désastreux de la sécurité de la cathédrale. Le rapport a  été classé « confidentiel défense » et rien n’a été fait (plus d’infos, cliquez). On sait l’emballement suspect déployé par le gouvernement Macron pour « reconstruire » (alors qu’il faudrait seulement restaurer) ; tout s’éclaire à la découverte du projet de refonte globale de l’ile de la Cité, présenté au président Hollande, toujours en 2016. Ce rapport Perrault et Bélaval  s’attaquait au vrai problème de Notre-Dame : elle reçoit de 13 à 14 millions de touristes « qui ne seraient pas bien accueillis ». Traduisez en marketing : il y a là une manne financière insuffisamment exploitée et qui ne retombe pas dans les bonnes poches ! D’où 35 propositions et un projet révolutionnaire : une gigantesque dalle transparente à la place du parvis de Notre-Dame,  au-dessus de la crypte archéologique, avec débarcadère, plates-formes flottantes, piscine, cafés, restaurants, salles de concerts. Certains se plaignent de la muséification des villes européennes : mais avec l’Hôtel-Dieu qui part, les policiers du quai des orfèvres qui ont déménagé, l’île de la Cité est vidée peu à peu de sa sève (administrative) et pourrait devenir un juteux centre touristique. Les dessins de ce projet futuriste sont glaçants. Seul détail enquiquinant pour ses promoteurs : les 22 hectares de l’île de la Cité sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco et protégés par des nombreuses contraintes règlementaires. On s’étonne donc moins que M. Macron ait préparé une loi d’exception pour accélérer la reconstruction de Notre-Dame, déroger au code du patrimoine, s’affranchir des procédures en vigueur pour les monuments historiques sur un site qui n’en compte pas moins de 35 (1) ! Jusqu’à prendre ses distances avec le Code des marchés publics. Le rapport en concluait, à l’époque, qu’ un tel projet “n’a aucune chance de voir le jour” sauf évènement “inattendu et improbable » qui autoriserait le bouleversement d’un des sites architecturaux les plus protégés de France…Comme les sinistres attendus et probables font bien les choses, non ? Vous avez aimé Koons à Versailles ? Vous allez adorer la privatisation de l’île de la Cité ! (plus d’infos cliquez)

18 juin :Notre-Dame n’est pas tirée d’affaire :

Moins de 10 % des dons promis ont été versés. Les lubies architecturales nées de la légèreté gouvernementale ont tari l’enthousiasme des donateurs : donner oui, mais pas pour financer n’importe quoi. J’en connais prêts à trainer le gouvernement en justice (genre class action) si leur don est détourné et si la double identité de la cathédrale n’est pas respectée : gothique et romantique. La cathédrale est en effet aussi le dernier chef d’œuvre de l’architecture romantique française. A ce propos vous pouvez lire un article où Victor Hugo vient à la rescousse d’une reconstruction à l’identique qui privilégie le bois :

Notre-Dame de Paris : le bois porte l’âme d’une cathédrale cliquez

Ou signer une pétition en ligne demandant la prise en compte de l’acoustique dans la restauration (celle de Reims est mauvaise or sa charpente fut reconstruite en béton) cliquer.

30 juin : Un accident prémédité ?

Le Canard enchaîné  (1) nous apprend que ce n’est pas seulement un mégot ou un dysfonctionnement électrique, comme le serine la grande presse, qui serait à l’origine de l’incendie de Notre-Dame mais de ce qui est (faussement) présenté comme une guerre entre clergé et ministère. Au printemps 2018, les fonctionnaires avaient donné l’ordre au prestataire de la sécurité de ne pas répondre aux salariés du diocèse qui voulaient connaitre l’emplacement des détecteurs de fumée. Ils auraient ensuite interdit « aux équipes de la cathédrale d’organiser des rondes dans la toiture après le départ des ouvriers » ! Encore plus fou : l’après-midi du drame, la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) a défendu de relever l’employé en poste depuis 7h30 du matin par un collègue « qui connaissait pourtant comme sa poche la cathédrale et son système de sécurité. Motif : l’architecte de la Drac avait jugé que ce salarié était trop lié au diocèse ». Donc, un : c’est le ministère qui fait la guerre au clergé. Deux, si c’est un accident, c’est un accident prémédité où l’Etat porte la responsabilité première et donc principale. Côté pétition, pour une reconstruction à l’identique, l’une voisine les 100 000 personnes cliquez

1 Le canard enchaîné , 19 juin 2019, p. 4.