Guerres culturelles

By | 17 mars 2021

Le centre d’art contemporain du château Ujazdowski à Varsovie  a mis à profit son temps de fermeture (covid oblige en Pologne aussi) pour me demander de faire l’histoire des Guerres culturelles de 1945 à nos jours, jusqu’à notre “cancel culture” ou culture dite de l’annulation ( ou du déboulonnage pour ses détracteurs) : un texte court, vu l’ampleur du sujet, à lire sur le site du centre polonais en cliquant ici :

Voici le début

 Avant nos guerres culturelles, sévit la « guerre froide culturelle » formule crée par Georges Orwell en 1945 : Moscou est vainqueur, son Réalisme socialiste a défait le  réalisme rival nazi ; lautre géant victorieux, les USA, est un pays neuf réputé sans culture. Au milieu, lEcole de Paris, internationale, croît à la libre coopération des cultures, lEtat sétant alors désengagé de la direction de lart, elle se soucie peu de géostratégie. La guerre nouvelle est dabord sémantique : au « pour la paix contre le fascisme » des russes, répond « pour la liberté de la culture » aux USA, ce slogan plus consensuel et positif sera vainqueur et le demeure.

 Colombe de Picasso contre dripping de Pollock

Les USA appliquent avec retard la stratégie communiste : eux aussi auront leurs publications, colloques, institutions apparemment indépendantes, donc crédibles, comme le Congrès pour la liberté de la culture, fondé en 1950 à Paris en sousmain par le CIA qui finance, elle travaille avec des fondations ou musées privés, tel le Moma organisant à partir de 1952 des expositions dart moderne US, itinérantes en Europe. Le choix américain se porta sur lExpressionnisme abstrait (né en Europe): aucune narration ou figuration, nulle référence à un passé national, adoptable par tous car exprimant des états intérieurs universels. La grandeur et lénergie de Pollock riment avec modernité. Ironie du sort, les peintres américains promus sont de gauche (comme leurs soutiens critiques Greenberg, Rosenberg) et, Maccarthysme oblige, soupçonnés de communisme or, à létranger, cest eux que le CIA met en avant pour détourner les gauches européennes du communisme … Suite à lire en cliquant ici.

Bonne lecture, Christine Sourgins